Newsletter 8 de Sandrine Mulas / Après salon

logo sand mulas


 

LA PHOTO DE LA SEMAINE


«  Salon ARTSHOPPING / PHOTOSHOPPING- BIGFIVE.CITY "
 

L'ACTUALITE


 Art Shopping / Photo Shopping
vient de fermer ses portes pour sa 20eme éditions au carrousel du Louvre.

Vous avez été nombreux à venir découvrir mon projet BIGFIVE.CITY
Merci à tous pour vos nombreux retours positifs.
Et merci aux médias qui ont fait le choix de ne citer que moi parmi les 700 artistes présents sur cette manifestation :
LE FIGARO : "Parmi les artistes, Sandrine Mulas, basketteuse professionnelle reconvertie propose une perspective des toits du monde, réalisée dans les grandes villes européennes."

LE JOURNAL DE LA MAISON : "Parmi eux, la photographe Sandrine Mulas nous invite à prendre de la hauteur avec son travail proposant une perspective unique et graphique des toits du monde !"

LE WEBZINE TOULOUSAIN : "Sandrine Mulas, une artiste photographe
sur les toits du monde
Dans les projets artistiques présentés, le travail de Sandrine Mulas retient l'attention. Basketteuse professionnelle reconvertie dans l'art, l'artiste propose une perspective des toits du monde. Une création graphique contemporaine réalisée à partie de prises de vues faites des toits de grandes villes européennes.
L'angle original abordé met le ciel au centre de toutes choses.

Rome, Londres, Amsterdam, Sandrine Mulas côtoie les plus grands artistes partout en Europe et nous fait l'honneur de présenter sa série BIGFIVE.CITY au salon ART Shopping."





 
Pour (re)découvrir le projet BIGFIVE.CITY : http://www.bigfive.city

BIGFIVE.CITY

#urbanswirling

_____________________________________________________________

LE DO IT YOURSELF DE LA SEMAINE

Comment exposer vos photos à la maison à moindre coût
et sans les connaissances techniques d'un bricoleur averti :
Le masking tape !

Le masking tape vient du Japon.
C’est bien un rouleau de scotch, mais contrairement aux rouleaux transparents ou marrons qu’on trouve en Occident, il est fabriqué à partir de papier washi.
C’est un papier très fin, qui se déchire facilement avec les doigts,
mais qui n’en demeure pas moins relativement solide.
L’avantage du masking tape est qu’il est repositionnable, à savoir que vous pouvez facilement l’enlever, et qu’il ne laisse pas de trace une fois qu’on l’enlève
(on a tous déjà essayé de décoller un poster accroché avec du scotch en enlevant une bonne partie de la peinture, n’est-ce pas ?).

Les cadres en masking tape. Pour le coup, c’est vraiment original et c’est très économique par rapport à de vrais cadres que vous pourriez acheter dans le commerce. Vous pouvez en plus facilement les changer en décollant le scotch, 
puisqu'il est repositionnable et le remplacer par un autre dès que vous le souhaitez.

Cette astuce vous permet d’exposer facilement vos photos sans faire de trou dans les murs. C’est à vous de créer l’encadrement et les formes que vous souhaitez autour des photos, qui peuvent être remplacées en un seul geste selon vos envies.



 

 

 

LE PHOTOGRAPHE QUI M'INSPIRE

MARC RIBOUD
« Je ne me lasse pas de guetter la surprise, la note juste, cocasse ou émouvante. La beauté est partout »


Pour Marc Riboud, l’année 1967 restera celle de la Jeune fille à la fleur.
Sans qu’il le sache, tous ses derniers reportages l’y préparaient : son premier voyage au Vietnam, son article sur le porte-avion américain et aussi des rencontres de militants pacifistes à Berlin.
C’est là, à Berlin, qu’il apprendra qu’une grande mobilisation se prépare pour l’automne à Washington.


Il sera au rendez-vous, devant le Pentagone, dès le 21 octobre au matin et, quand la manifestation commence à se disperser, dans la lumière du soir, il voit arriver Jan Rose Kasmir, sa fleur à la main qui s’approche des baïonnettes des très jeunes soldats qui lui font face.

On connait la suite. La photographie parue quelques jours après dans Paris Match deviendra une icône et fera le tour du monde. Marc et Jan Rose, toujours militante de la paix, se retrouveront de loin en loin, en 1992 et en 1999, et en octobre 2017, cinquante ans après, est publié le livre La jeune fille à la fleur, texte de Philippe Séclier, éd. du Seuil.





Plus d'informations : http://marcriboud.com/
Expositions passées : http://marcriboud.com/expositions-passees/
Expositions à venir : http://marcriboud.com/actualites/


Conseil lecture :






en vidéo : https://youtu.be/d-reIVSQofg


 

LE BONUS DE LA SEMAINE

Economisez 30% sur votre commande chez Photobox
en utilisant ce bon de réduction : OCT30


 

footer
Cliquez ici pour visualiser en ligne
Vous recevez ce mail car vous êtes en contact avec Sandrine Mulas. cependant si vous voulez vous désabonner , cliquez sur ce lien
Powered by AcyMailing