Newsletter 32 de Sandrine Mulas/ Quoi ma gueule

logo sand mulas


 


" Où est Spider Man ? "

Toute la série "Où est le super héros " à découvrir là :

You are my hero !

Quand les supers héros veillent sur nous



 
_______________________________________________________________________________________

LE PORTRAIT
Le portraitiste, peintre de l’âme humaine

L’IMPORTANCE D’UNE BONNE PHOTO PROFESSIONNELLE


Dans l’ère du digital et de l’image, il devient toujours plus important d’avoir les bonnes cartes en main. Notamment dans le monde professionnel, où de plus en plus d’embauches se font via des sites tels que LinkedIn ou Xing.
Des études ont démontré qu’un profil a sept fois plus de chances d’être consulté lorsqu’une photo est présente.
Avoir une photo, oui. Mais ce n’est pas tout.
Encore faut-il que ce soit une photo appropriée.
Autant est-il bien vu de se montrer sous son meilleur jour personnel sur des réseaux tels que Facebook ou Instagram – où une photo sur la plage ou lors de votre dernière soirée super classe va sûrement amasser un grand nombre de likes –
autant l’effet contraire pourrait très bien se produire sur un dossier de postulation.


ALORS COMMENT S’Y PRENDRE ?
Il est clair qu’une photo peut faire toute la différence.
Je remarque sur certains sites web que la rubrique « à propos »
est tout simplement vide en image
,

ou bien une ancienne photo se trouve tout petit.
Parce qu’on ne veut pas s’afficher,
Parce qu'on ne s'aime pas en photo
parce qu’on n’a pas le temps,
parce qu’on ne sait pas comment faire
et parce qu’on trouve que de toute façon personne ne regarde.
Eh bien détrompez-vous !

Mettez-vous à la place de vos prospects ou de vos clients.
Est-ce que ma photo donne envie de me connaitre ?
De vouloir travailler avec moi ?

Personnellement lorsque j’ai besoin d’un service et que je cherche sur internet j’aime voir la personne qui va s’occuper de moi.
C’est rassurant car derrière un site web se trouve une vraie personne.
Ce qui donne aussi envie de vous contacter.

Se mettre en avant et s’assumer auprès de vos clients est important.

Si vous vous trouvez :

- Trop vieux ou trop jeune
- Trop rond ou trop sec
- Trop pâle ou trop marqué
- Trop moche ou ... trop moche


Laissez-moi vous montrer que tout ce que vous pensez de vous font vos points forts !

Je suis là pour vous guider pendant cette séance,
écouter ce que vous aimez ou n'aimez pas chez vous,
les sublimer ou les effacer.
La séance ne dure que 30 min.
30 minutes est le temps suffisant pour une dizaine de portraits
30 minutes sur une journée, c'est tout le reste du temps de la journée pour vos activités de production professionnelle : terminé les heures perdues chez le photographe.

La séance peut se dérouler à mon studio d'Issy les Moulineaux
Avantages : proche transport en commun
(coté Aquaboulevard, Métro 8 ou 12, Tram T2 ou T3 et RER C à 5-10 min à pieds)
et accessible facilement en voiture.
OU
A votre domicile ou bureau en intra-muros Paris.
Le budget : 200 TTC euros la séance

contactez moi : contact@sandrinemulas.com

Film is not dead !

Le portrait en procédés anciens

T'es toi

Livre de portraits

Portraits

#lesgens

Portraits - Corporate

Corporate Portraits



 

 

Le sourire photographique,
ou les révolutions du portrait expressif



Pourquoi sourit-on sur les portraits photographiques au XXe siècle, et pas au XIXe siècle? Sous cette forme élémentaire, la question est devenue une énigme prisée des études visuelles.



Pourquoi sourit-on ? Hypothèses et objections

L’énigme a donc suscité de nombreuses réponses.
La plus immédiate est apportée par l’histoire de la technique photographique.
Il est bien connu que les procédés anciens
réclamaient un temps de pose excessivement long,
incompatible avec le caractère passager de l’expression faciale.
L’accès au sourire semble donc lié à l’introduction de l’instantané photographique.

Malheureusement, cette causalité est démentie par la chronologie. D’une part, il existe bel et bien des exemples de visages expressifs, dont les célèbres photographies de Oscar Rejlander commentées par Charles Darwin en 1872 dans L’Expression des émotions, qui montrent qu’il était possible de capter une émotion fugitive. Par ailleurs, alors que le passage aux procédés secs permet d’obtenir dès les années 1880 des poses inférieures à la seconde, il faut néanmoins attendre les années 1930, soit un demi-siècle plus tard, pour constater un essor significatif du portrait souriant – un retard incompatible avec l’hypothèse qui voudrait que le seul obstacle à l’expression ait été le temps de pose.


Les spécialistes ont proposé d’autres explications.
Certains invoquent l’influence des stars d’Hollywood, dont la promotion multiplie les portraits dès les années 1910.
Plus terre à terre, d’autres observent que l’amélioration de l’hygiène dentaire,
appuyée par l’illustration publicitaire des magazines, est une condition nécessaire pour que les contemporains s’autorisent le full smile ou toothy smile
: le sourire lèvres entrouvertes qui découvre la dentition
(plutôt désigné comme un rire avant les années 1930).
Mais les tenants de l’influence orthodontique oublient que le portrait d’atelier s’accompagnait d’une pratique assidue de la retouche (Gunthert). La correction de défauts dentaires n’aurait représenté aucune difficulté pour un professionnel du XIXe siècle.



Une autre hypothèse, développée par Christina Kotchemidova,
suggère de voir dans les publicités Kodak
la cause du déploiement du sourire à pleines dents.
 Les amateurs auraient reproduit les modèles des illustrations publicitaires ou des modes d’emploi de la marque.
Les photographes professionnels auraient ensuite adopté cette nouvelle convention,
pour préserver leurs parts de marché .




A l’inverse de la fameuse injonction «say Cheese», adressée par les photographes professionnels à leurs sujets, il n’existe en effet aucune instruction explicite dans les manuels ou les publicités Kodak recommandant une pose souriante.

 

"SAY CHEESE" : OUISTITI !

D’autres cultures et d’autres langues ont adoptées cette méthode de provoquer le sourire au moment de la photo en employant d’autres mots qui ont la même consonance ou qui provoque le même geste de la bouche à esquisser un sourire.


• En chinois, on utilise le mot 茄子 (qie2zi), voulant dire "aubergine".
• En coréen, on dit "kimchi".
• En France et dans dans d’autres pays francophones on utilise le mot "ouistiti" .
• Dans la plupart des pays latino-américainon on utilise la phrase "Diga 'whiskey'" ("dites whisky'").
• En Espagne, le mot employé est "patata" ("patate").
• Au Brésil c’est "Olha o passarinho" ("regardez le petit oiseu") ou "Digam 'X'" ("dites 'X'").
• Au Danemark c’est "Sig 'appelsin'", voulant dire "dites 'orange'".
• En Suède, "Säg 'omelett'", ( "dites 'omelette") est souvent employé.




 



Chaque semaine, retrouvez une photo entourée d'une énigme à résoudre.
Les 5 premiers à m'envoyer la réponse à la photo
avec leurs coordonnées postales
à contact@sandrinemulas.com
recevront un cadeau .




Où a été prise cette photo ?


 




A découvrir sur le site



Art Business Collection, was founded in 2014 and is based in the Wynwood Arts District in Miami. Our mission is to combine innovative technology with curated fine art creating a unique online art marketplace. This platform allows users to explore an extensive collection directly from a network of established galleries worldwide using original features for a fully immersive and personalized experience. Through an omni-channel approach, ArtBCo is changing the way art is acquired with the opportunity to purchase or the flexibility to lease.

Deux de mes photos y sont présentes via la galerie Bruno MASSA

Ma page sur ARTbco :
https://artbco.com/artist_detail.php?id=158404#

 



footer
Cliquez ici pour visualiser en ligne

Partagez cette newsletter avec vos amis ( les vrais)
Facebook LinkedIn Twitter




Vous recevez ce mail car vous êtes en contact avec Sandrine Mulas. cependant si vous voulez vous désabonner , cliquez sur ce lien
Powered by AcyMailing