Newsletter 36 de Sandrine Mulas/Superhero

logo sand mulas


 






 
« The Daily Planet »
Le mythique Daily Planet, journal où travaille Clark Kent, alias Superman, est inspiré du New York Daily News. De 1929 à 1995, le Daily News était basé dans un immeuble très connu, toujours connu aujourd’hui sous le nom de News Building, et qui abrite toujours un globe terrestre géant dans son entrée. C’est ce globe, et ce bâtiment, qui ont servi de modèle pour les bureaux du Daily Planet.



_______________________________________

"Les super-héros et l’art"


Exposition The art of the brick à la Vilette / Paris

Les super-héros sont l’héritage d’un esprit d’héroïsme qui vient de loin dans
l’histoire des hommes : on peut trouver des racines médiévales, voire antiques.
(On pense à Hercule ou Promothée dont Superman a sans doute hérité.)
Le terme "super-héros" désigne un type de héros fictif,
que l'on retrouve principalement dans les comics
(bandes dessinées américaines) ou dans leurs adaptations audiovisuelles.
Un super-héros est généralement un type de justicier se distinguant par des capacités
hors du commun, lesquelles dérivent le plus souvent de pouvoirs surhumains ou surnaturels.




Les super-héros sont nés entre le krach boursier de 1929 (qui a engendré une crise et beaucoup de pauvreté) et la seconde guerre mondiale. Grâce à leurs pouvoirs extraordinaires au service du collectif, les super-héros permettaient au peuple de s'évader en cette période de crise et revêtaient les principales valeurs chères à l'Amérique: le courage et l'espoir.


Durant la seconde guerre mondiale, ils deviennent les gendarmes du monde : Batman combat la pègre, Captain America le nazisme et plus tard, ils combattront le communisme et deviendront des images de propagande pendant la guerre froide. « Superman est le premier personnage en phase avec les tensions internationales de son temps » (vers 1938). Superman est un personnage hors norme : il vole, résiste aux balles et c'est un extraterrestre.

Avec l'entrée dans le conflit des Etats-Unis en 1941, des dizaines de héros participent à l'effort de guerre. L'armée américaine devient le plus gros acheteur de comics afin de satisfaire ses soldats. En 1942, la marine inclut les fascicules de Superman dans la liste de ses fournitures prioritaires.



Le super héro a souvent une double vie et se transforme :
L'artiste pourra donc proposer des compositions plastiques,
collages , montages photos ou des dessins s’appuyant
sur les doubles identités, les transformations.




C'est après mon voyage dans le mythique parc d'attraction de Coney Island à New-York, que j'ai eu la réflexion et l'idée de création d'un montage mettant en scène
ces super-héros dans ce super-parc tellement hors norme et
marqué par son évolution dans l'histoire...
Mais toujours en activité,
comme nos super héros

 






 


ANDY WARHOL
FAN DES SUPER-HEROS



Tout le monde connaît Andy Warhol pour ses oeuvres Pop comme le portrait de Marylin Monroe ou encore la conserve "Soup Campbell". Ce que l'on sait moins, c'est que le génie artistique décédé en 1987 des suites d'une opération était un fan de super héros.


né en 1928, artiste du pop art (art populaire), il dénonce la consommation de masse à tout prix, celle qui réduit, selon lui, l'art à un produit de consommation éphémère, jetable et bon marché. En 1960, il transforme en art les imageries quotidiennes, celles connues de tous, ancrées dans l'imaginaire collectif (Superman par exemple), ainsi que les objets de supermarché (boîtes de soupes, bouteilles de coca-cola) en icônes* de la civilisation contemporaine, ils les portent à l'image d 'oeuvres d'art.

Dès 1964, et sans l'autorisation de DC Comics, il réalise un film intitulé "Batman Dracula" qui fut uniquement diffusé lors de ses expositions. Le film est un hommage aux serials des années 40 que Warhol adorait par dessus tout. La musique est assurée par le Velvet Underground. Le rôle de Batman est interprété par Gregory Battcock, un ami proche d'Andy Warhol qui a joué dans plusieurs films de l'artiste.

Warhol était aussi un grand fan de la Série TV Batman. Voici quelques clichés pris lors d'une séance photos réalisée en 1967. On reconnaît Andy Warhol en Robin et Nico, la muse de Warhol, en Batgirl.

 

Batman n'est pas le seul super héros à avoir eu les honneurs du maître du Pop Art. Superman est lui aussi passé entre les mains d'Andy Warhol:

L’oeuvre présentée ici est particulière à plus d’un titre, principalement parce que l’on attribue généralement la paternité de ce genre de toile à Roy Lichtenstein. Or  c’est en 1961 que Andy Warhol peint le super héros le plus célèbre de tous de tous les temps : Superman ! Il s’inspire pour ce faire d’une case d’un comics de Kurt Schaffenberger (ci-dessous):



 

LE LIVRE :








 


Batman qui baffe Robin. D’où vient cette image ?

 

Cette image, vous l’avez sûrement déjà vue. Elle est utilisée sur les réseaux sociaux d’Internet pour caricaturer des propos de gens sur des sujets de société, politiques, sociaux…
Mais d’où vient-elle vraiment ?

Pour comprendre cette image, il faut remonter en novembre 1965, avec le numéro 153 de World’s Finest, une série de comics où Batman et Superman sont les vedettes.

A cette époque, le jeune Bruce Wayne vit avec son père veuf, Thomas Wayne. Ce dernier, admiratif du héros Superboy, travaille sur un sérum anti-kryptonite verte qui serait utile au héros volant. Mais Thomas ne donne pas le sérum à Superboy car il n’est pas sûr qu’il soit au point.


Un soir, Thomas est retrouvé mort dans son laboratoire par Bruce. Ce dernier a vu une silhouette rouge et bleue s’enfuir, et le sérum n’est plus là. Bruce en déduit alors que le tueur est Superboy.



Après ce drame, Bruce mit sa fortune et ses connaissances pour la justice et la vengeance. Des années plus tard, il devint le justicier Batman, et recruta un orphelin Richard Grayson qui devint Robin.



Et c’est là qu’arrive l’affaire qui nous intéresse. Un soir, Robin surprend Batman jurer qu’il arrêtera Superboy, devenu Superman. Batman dit à son ami que Superman a tué Thomas, sans plus d’explication. Mais Robin ne peut pas y croire. Comment Superman, symbole du Bien, de l’espoir, serait capable de tuer un innocent ?

Batman ne supporte pas que l’on doute de lui, et là il gifle Robin…

Case extraite de World’s Finest 153 (novembre 1965)

– Ne me dis pas que j’ai tort, espèce de morveux…
Prouver que Superman est coupable est la mission de ma vie !
 – Oh ! Batman, ton chagrin s’est transformé en obsession de vengeance.
Je t’en supplie… laisse tomber ! »


… et lui efface une part de la mémoire.


Faut savoir qu'à la fin de cette aventure,
Batman meurt conscient de ses erreurs.

 







 


Superhero days at coney island / Batman

Superhero days at coney island / Avengers

Superhero days at coney island / Trio

Superhero days at coney island / Spiderman

Spiderman and the Wonder wheel




A découvrir sur le site



SAATCHI ART

le premier site britannique précurseur de la vente en ligne d’oeuvre d’art

https://www.saatchiart.com



Sandrine Mulas / Shakespear’s dream - Limited Edition 1 of 10
Photography, 15.7 H x 23.6 W x 0.4 in

Mes photos y sont présentes via la galerie Bruno MASSA

Mon profil ici
https://www.saatchiart.com/all?query=sandrine%20mulas





 



footer
Cliquez ici pour visualiser en ligne

Partagez cette newsletter avec vos amis ( les vrais)
Facebook LinkedIn Twitter




Vous recevez ce mail car vous êtes en contact avec Sandrine Mulas. cependant si vous voulez vous désabonner , cliquez sur ce lien
Powered by AcyMailing